05 59 51 63 67 drhonigmanbueno@gmail.com

Docteur Isabelle HONIGMAN

La technique TOETVA 
Une chirurgie de la thyroïde sans cicatrice

Secrétariat

05 59 51 63 67

Adresse

7 rue Leonce Goyetche
64 500 Saint-Jean de Luz

La technique TOETVA

 

TOETVA signifie « Transoral Endoscopic Thyroidectomy by  Vestibular Approach ». C’est le nom d’une nouvelle technique opératoire de la thyroïde et des parathyroïdes, originaire d’Asie, non invasive et sans aucune cicatrice.

Trois incisions situées dans la bouche, juste derrière la lèvre inférieure, sous anesthésie générale permettent d’introduire :

  • Une camera miniaturisée
  • Deux instruments chirurgicaux

Ils permettent d’avoir une excellente vision de la région du cou et ainsi d’opérer en toute sécurité la thyroïde, les parathyroïdes ou les chaines ganglionnaires adjacentes.

Le docteur Isabelle Honigman-Bueno, spécialisée en chirurgie digestive et endocrinienne, a récemment importé en France cette technique innovante.

Pour la majorité des opérations de la thyroïde, cette technique permet de ne plus laisser de cicatrice visible et disgracieuse sur le cou.

Le Docteur Isabelle Honigman

De la chirurgie endocrinienne à la chirurgie viscérale

Le Dr Honigman-Bueno s’est intéressée à la chirurgie endocrinienne dès le début de sa formation chirurgicale en 1996, en s’orientant vers une formation mixte en chirurgie ORL et en chirurgie endocrinienne et viscérale.
Elle a d’abord été chef de clinique dans le service du Pr Emile Sarfati, au Centre Hospitalo-Universitaire Saint-Louis à Paris, où elle a pratiqué plus de 700 interventions cervicales.

Une formation continue

Quand la technique TOETVA est apparue en Asie, le Dr Honigman est rapidement partie se former auprès du Pr Angkoon Anuwong, leader mondial de la technique. Convaincue de la performance de cette technique maintenant diffusée dans le monde entier, elle œuvre à la faire connaître en France où cette approche reste encore peu connue.

Elle a commencé à pratiquer cette technique auprès du Pr Sarfati ainsi qu’à la clinique de la Casamance près de Marseille, et aujourd’hui, elle a installé son cabinet à Saint-Jean de Luz.

Les autres experts de la technique TOETVA dans le monde

Le Pr A. Anuwoong qui a réalisé plus de 1000 procédures en Thaïlande, intervient dans de nombreux congrès internationaux, et a formé des chirurgiens venus de tous pays : Hong Kong, Chine, Taïwan, Corée, Vietnam,  USA, Brésil, Italie, Suisse, Autriche, Allemagne, Grèce, etc… 

Parmi les plus expérimentés figurent le Pr Jonathan Russel, qui a déjà réalisé plus de 200  interventions au John Hopkins Hospital de Baltimore (USA), l’équipe du Pr William Inabnet au Mount Sinaï Hospital de New York et  le Pr Gianlorenzo Dionigi en Italie.

Les questions fréquentes

La chirurgie de la thyroïde représente près de 45000 interventions par an en France, dont 8000 environ pour cancer.

L’incidence des cancers thyroïdiens est en augmentation dans le monde, sans doute parce qu’on détecte de plus en plus de très petites lésions grâce aux performances accrues de l’imagerie médicale. Ainsi, les recommandations actuelles vont vers des gestes moins radicaux, comme une thyroïdectomie partielle pour certains cancers différentiés de petit volume.

Principales questions

Qu'est-ce que la technique TOETVA ?

Depuis plus de 20 ans, de multiples voies d’abord de la thyroïde ont été développées dans le monde, dans le but de s’affranchir de la cicatrice visible. Toutes se sont heurtées à des difficultés d’ordre anatomique ou technique. Aucune n’a jamais dépassé quelques cas anecdotiques et n’a été diffusée dans le monde.

Depuis 2016, la TOETVA rencontre un grand succès et suscite l’enthousiasme de toutes les équipes rompues à la chirurgie endocrinienne.

Il s’agit de retirer tout ou partie de la glande thyroïde, ou parathyroïde selon une voie d’abord située dans la bouche (le vestibule), juste en arrière de la lèvre inferieure, par l’intermédiaire de micro instruments et via une caméra miniaturisée.

Dans quel cas peut-on la proposer ?

Pour des thyroïdes qui n’excèdent pas un certain volume (6cm pour un nodule ou 10cm pour un lobe thyroïdien), pour des petits cancers (inférieurs à 2cm), et chez des patients qui n’ont jamais été opérés à ce niveau, et qui n’ont jamais eu d’irradiation cervicale.

Quand opère t-on la thyroïde ?

On retire tout ou partie de la thyroïde dans les circonstances suivantes :

  • Pour un cancer ou une suspicion de cancer
  • Pour un ou plusieurs nodules bénins qui créent des symptômes comme une gêne esthétique s’ils sont volumineux, une gêne respiratoire ou à la déglutition.
  • Dans certains cas d’hyperthyroïdie, comme au cours de la maladie de Basedow, lorsque le traitement médicamenteux est en échec.

Ces maladies affectent plus particulièrement les femmes que les hommes.

Comment opère t-on la thyroïde ?

La thyroïde doit être délicatement séparée de ses points de contact avec les parathyroïdes et les nerfs récurrents. Les vaisseaux qui l’accompagnent sont liés et sectionnés, enfin, ses attaches à la trachée sont libérées.

La technique la plus répandue consiste en une incision horizontale, située à la base du cou, mesurant généralement 6 à 8 cm environ, souvent discrète, mais qui peut être disgracieuse.

Des études ont montré que cette cicatrice impacte la qualité de vie des patientes à long terme, dans plus de la moitié des cas.

En Asie, l’impact est d’autant plus important que cette zone de la thyroïde est sur le trajet du méridien, canal d’énergie en médecine traditionnelle Chinoise.

Ce méridien le plus important se trouve sur la ligne médiane du corps, il conduit la vitalité et la fécondité. Le sectionner impliquerait chez des femmes jeunes, une altération de leur  fertilité. D’autre part, la cicatrice visible est socialement très mal perçue dans la culture.

C’est la raison pour laquelle les chirurgiens asiatiques ont été les plus motivés pour trouver une alternative à la technique conventionnelle.

Comment se déroule l'intervention ?

L’intervention se déroule sous anesthésie générale en position allongée, le cou étant placé en légère extension, elle dure 1 à 2 heures.

Une incision est réalisée à l’intérieur de la lèvre inférieure, afin de positionner l’accès de la caméra, et deux plus petites incisions sont pratiquées de part et d’autre juste derrière la lèvre de façon à introduire les micro-pinces opératoires.

 

La thyroïde est ainsi immédiatement accessible. La préservation des structures adjacentes (parathyroïdes et nerfs récurrents) est facilitée par le grossissement du champ opératoire dû à la camera.

La préservation des nerfs récurrents est optimisée grâce au recours systématique au monitoring nerveux (NIM).

La partie malade est donc retirée et placée dans un petit sac permettant l’extraction par l’incision la plus grande, ou par une incision placée sous l’aisselle en cas de thyroïde volumineuse. 

Les cicatrices sont refermées à l’aide d’un fil résorbable. Un pansement légèrement compressif est placé sous le menton pour les premières 24h. La sortie est autorisée le 2eme ou le 3eme jour selon les cas.

Quels sont les bénéfices pour le patient ?

  1. L’absence de cicatrice par rapport à la technique de référence qui impose une cicatrice horizontale située à la base du cou. Généralement discrète, elle provoque parfois des douleurs, ainsi qu’une séquelle esthétique pouvant être difficile à supporter, notamment dans les cas de cicatrice disgracieuse.

 

 

  1. L’absence de section ou de décollement des muscles du cou, ce qui engendre un moindre traumatisme local et des douleurs moindres.
  1. Une vision agrandie des structures voisines comme les nerfs récurrents (responsables de la mobilité des cordes vocales, et les parathyroïdes (responsable de l’équilibre du taux de calcium dans le sang) liée au grossissement du champ opératoire par la camera, ce qui permet un acte plus minutieux.
  1. Des douleurs probablement moins importantes qu’avec la technique « ouverte », d’où un moindre recours aux antalgiques.
Quels en sont les inconvénients ?

Une durée opératoire un peu allongée : pour le chirurgien, l’espace de travail est plus réduit.

Un oedème de la lèvre inferieure qui s’atténue rapidement après l’opération.

Des paresthésies du menton (fourmillements) qui apparaissent fréquemment juste après l’opération et dont la durée de persistance est variable.

Les autres chirurgies pratiquées

Chirurgie viscérale

Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Donec velit neque, auctor sit amet aliquam vel, ullamcorper sit amet ligula. Cras ultricies ligula sed magna dictum porta. Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Sed porttitor lectus nibh.

Chirurgie digestive

Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Donec velit neque, auctor sit amet aliquam vel, ullamcorper sit amet ligula. Cras ultricies ligula sed magna dictum porta. Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Sed porttitor lectus nibh.

Chirurgie endocrinienne

Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Donec velit neque, auctor sit amet aliquam vel, ullamcorper sit amet ligula. Cras ultricies ligula sed magna dictum porta. Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Sed porttitor lectus nibh.

Urgences

Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Donec velit neque, auctor sit amet aliquam vel, ullamcorper sit amet ligula. Cras ultricies ligula sed magna dictum porta. Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Sed porttitor lectus nibh.

Le cabinet

Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Donec velit neque, auctor sit amet aliquam vel, ullamcorper sit amet ligula. Cras ultricies ligula sed magna dictum porta. Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus. Sed porttitor lectus nibh.

Technique éprouvée

Plus de 1000 procédures réalisées en Thaïlande par le Pr A. Anuwoong et des chirurgiens formés dans le monde entier.

U

Chirurgie plus précise

La vision agrandie permet une meilleure visibilité de la thyroïde et des nerfs récurrents.

Absence de cicatrice

Cette chirurgie ne nécessite aucune incision visible, ce qui réduit l’impact esthétique et la douleur chez le patient.

Photos avant/après de patientes opérée avec la technique TOETVA :

Contacter le Dr Honigman

Vous souhaitez poser des questions sur la méthode TOETVA ou prendre rendez-vous ? Merci d’envoyer votre message via le formlaire.

Ce qu’en disent les médias

 

Journal Sud Ouest

La thyroïde opérée à Saint-Jean-de-Luz : une opération sans cicatrice

Emission Télématin

Opérer la thyroïde sans cicatrice : une nouvelle technique arrive en France.

SeniorActu

Une technique opératoire de la thyroïde non invasive et sans cicatrice

Appeler : 05 59 51 63 67

7 rue Leonce Goyetche, Saint-Jean de Luz

Horaires de consultations

Lundi-Vendredi 8h-17h

Envoyer un mail